Les 4 facteurs qui déterminent votre « SHAPE »

Tous droits réservés.

À l’heure où les silhouettes envahissent notre quotidien…

Télévision, réseaux sociaux, magazines et autres, tous font la promotion d’un certain type de physique auquel on devrait se conformer.

Au lieu de prendre pour exemple ces icônes de beauté, quelques soient ces icônes, et si on se focalisait sur une base bien plus fidèle à la réalité : Notre propre morphologie ?

Il s’agit de comprendre comment nous sommes RESPECTIVEMENT et RÉELLEMENT faits sous la peau.

Il y a au moins 4 facteurs qui déterminent la forme de notre corps (qu’on appelle la morphologie). Chacun de ces facteurs possède une plus ou moins grande opportunité d’évolution.

Plus vous saurez comment vous êtes faits, ce qui peut être changé et ce qui ne peut pas l’être, plus vous serez en phase avec vous-mêmes et vos objectifs.
Et moins vous vous bercerez d’illusions en visant un physique impossible tant la morphologie diffère de la vôtre.


Les 4 facteurs qui déterminent notre morphologie :

1. Structure :

Notre squelette détermine une grande partie de notre morphologie, comprenant la longueur de nos os, les proportions d’un os à un autre et d’un segment à un autre (largeur du pelvis=bassin, longueur de notre colonne vertébrale, taille).

2
Figure 1
capture-decran-2016-12-19-a-12-39-48
Figure 2

2. Masse adipeuse :

Le volume de gras que nous possédons et la façon dont il est reparti jouent également un rôle immense dans la morphologie. Certains d’entre nous stockent davantage dans la partie inférieure du corps (cuisses, fesses, hanches) et d’autres dans la partie supérieure (ventre, bras, poitrine, dos), ou les deux.

repartition-gras
Figure 3

Par exemple, cette femme est nettement plus marquée dans la partie inférieure du corps :

capture-decran-2016-12-19-a-12-17-49
Figure 4

3. Muscles :

Le volume de muscles, la longueur des tendons, les points exactes d’insertion et la forme génétiquement déterminée de nos muscles ont un impact immense sur la formation de notre morphologie.

capture-decran-2016-12-19-a-12-40-03
Figure 5 – Ce qu’on appelle couramment un « biceps long » à gauche et un « biceps court » à droite
capture-decran-2016-12-19-a-12-40-20
Figure 6 – Définition musculaire de plusieurs cuisses différemment constituées
capture-decran-2016-12-19-a-12-40-09
Figure 7 – Différentes insertions du triceps brachial

4. Les hormones :

Étroitement lié au système nerveux, le système endocrinien contrôle de très nombreuses fonctions de l’organisme. Nos hormones déterminent, notamment, notre capacité à maintenir/augmenter notre masse musculaire.

Hormones de la satiété, hormones de la faim, hormones de croissance, hormones stéroïdiennes, endorphines…etc. Le système hormonal joue un rôle majeur sur notre condition physique.

les-hormones
Figure 8

Finalement, pourquoi est-il si important de parler de la morphologie ? Parce que beaucoup de gens perdent leur temps, leur argent et leur en énergie en pensant qu’ils pourront changer certains aspects de leur corps avec des exercices particuliers, des gélules minceur, des diètes spécifiques… À tort.

Bien que certains des facteurs cités précédemment tendent à évoluer, d’autres ne sont absolument pas modifiables.

→ On peut perdre du gras, mais il est impossible d’en perdre uniquement aux endroits que nous souhaitons. Ce serait trop beau de perdre son petit ventre tout en gardant sa poitrine et ses fesses n’est-ce pas ! Une étude a d’ailleurs été réalisée à ce sujet : ICI

Tout comme il est impossible de prendre du gras uniquement dans la poitrine…

La répartition du gras ne dépend pas de notre volonté.

→ Il est possible de gagner énormément de masse musculaire, mais la forme génétiquement prédisposée de nos muscles ne changera pas.

En image, 4 bodybuilders presque tous aussi « secs » mais dont la forme et le nombre des abdominaux diffèrent largement ! 

capture-decran-2016-12-19-a-13-06-54
Figure 9

→ Enfin, il est possible de maîtriser la sécrétion de certaines hormones via l’alimentation (Insuline notamment), la maîtrise de son stress (Cortisol) ou encore la façon de s’entraîner (Hormone de croissance).. Hormones dont l’expression impacte nettement notre morphologie puisque l’Insuline conduit au stockage du glucose dans les cellules adipeuses et que l’Hormone de croissance fait partie du processus de développement musculaire. Mais ce n’est qu’une partie infime du système endocrinien.

Plus vous saurez différencier ce qui est modifiable et ce qui ne l’est pas, plus vous vous connaîtrez et pourrez concentrer vos efforts de façon raisonnée et productive sur ce qui peut être changé.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s