Nathalie : Athlète, Médecin et véritable modèle d’accomplissement personnel

Tous droits réservés.

Je vous avais promis de belles rencontres.. Je crois que Nathalie est l’une des plus enrichissantes qu’il m’ait été donné de faire au cours de ma vie.

Il y a des gens qui me touchent tout particulièrement. Elle en fait partie.

Pour mon plus grand bonheur, j’ai recueilli les confidences de cette femme aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur.


Quel âge as-tu Nathalie ? Et que fais-tu dans la vie ?

Bonjour tout le monde! J’ai 26 ans !

Si la question est de savoir quel est mon métier : je suis médecin, je me spécialise en anatomie et cytologie pathologique. Pour faire court mon rôle est de poser un diagnostic formel de maladie (est-ce un cancer ou non, si oui de quel type, sinon, qu’est-ce ?). Pour ce faire on analyse des tissus, des cellules, au microscope, après préparation adéquate. La majorité du temps il s’agit d’affirmer ou non la présence d’un cancer et de le caractériser, afin que le clinicien puisse mettre en place un traitement adapté.

Si la question est de savoir ce que je fais en général dans la vie, et bien en dehors du travail, ma grande passion est le sport, le « fitness », terme que je n’emploierai pas deux fois aujourd’hui, trop vague et réducteur à la fois. C’est une partie intégrante et prépondérante de ma vie.

img_0794nathalie2

Tu fais du sport depuis longtemps ?

À question simple réponse compliquée en l’occurrence. Je vais quand même essayer d’être simple. Petite j’ai toujours fait du sport – je remercie mes parents pour ça -, je suis passée par la danse classique, le karaté, le judo, en faisant un crochet par le handball et le basket! J’ai bien aimé tout ces sports, mais je n’ai jamais été vraiment passionnée.

Au lycée je préparais le concours de Santé Navale, l’École du Service de Santé des Armées de Bordeaux, alors je m’étais remise à la course, un peu tous les matins. Une fois rentrée dans l’armée j’ai là aussi fait pas mal de sport, surtout au début, puis Médecine a commencé. Dans l’armée les règles pour réussir le concours de médecine sont les mêmes que pour les civils : il faut être dans le numerus clausus. En milieu d’année, lors d’une course de 8 km en treillis-rangers un peu violente, je me suis retrouvée avec une entorse grave de la cheville droite. Et ce fut le début… De la fin. Arrêt complet du sport, moral dans les chaussettes, difficultés de la première année de médecine. J’ai échoué au concours, premier vrai échec de ma vie, et j’ai pris 12kg (de 52kg au lycée à 64kg un an plus tard, avec une masse musculaire infime).

Je suis retournée dans le civil, et j’ai tenté une deuxième fois médecine, plus motivée que jamais. Là je me levais tous les matins avant 6h pour aller courir. J’ai réussi médecine avec un classement plutôt bon. J’étais contente, mais il me manquait quelque chose.

Alors pour ma 3ème année je suis partie en Allemagne (échange ERASMUS), afin de rajouter un peu de piment à la sauce, du challenge ! Je voulais apprendre une langue étrangère en un an, partir, découvrir mes racines, tout en continuant les études.

Et c’est là-bas, en Allemagne, en février 2012, que j’ai décidé de m’inscrire dans une salle de musculation pour me reprendre en main, m’affiner.

Il faut savoir que les salles de musculation en Allemagne ont un niveau assez élevé en comparaison aux salles françaises, et elles sont surtout plus accessibles financièrement parlant. Les superbes salles coûtent 20€ par mois, avec engagement. Je me suis donc inscrite et comme toute fille qui se respecte –désolée pour les préjugés-, j’ai commencé par le « cardio ». Et puis comme je suis d’une nature un peu curieuse et que j’aime faire les choses à 100%, je me suis dit « Mais tous ces poids, toutes ces machines auxquelles j’ai accès là… Je ne sais même pas comment les utiliser. ESSAYONS! »

nathalie4nathalie6

Alors j’ai lu, et j’ai compris le tout nouveau monde qui s’offrait à moi. J’ai commencé par les poids libres, et puis j’ai découvert des sensations assez incroyables, profondes, durables, un peu comme si je redécouvrais ce que pouvais ressentir un corps, et la conscience que l’on peut avoir ce celui-ci. J’ai commencé le squat, le soulevé de terre, et je me suis prise au jeu. Mes objectifs ont rapidement changé, je voulais me tonifier, prendre du muscle, de la force. Je faisais 57kg quand j’ai commencé la musculation, je fais actuellement 61,5kg pour 164cm.

img_2015img_1990

« C’est un combat contre moi-même. Je suis mon seul obstacle! Mes choix sont miens. J’ai trop longtemps entendu « non, le sport et les études? Pas possible… Je travaille donc j’ai pas le temps de m’entraîner. » Je pense que c’est FAUX. Qu’il faut savoir avoir des priorités, s’organiser. Et ne pas se donner d’excuses. Alors oui, travailler, étudier, etc.. tout est compatible avec la musculation, le sport en général. Si on se donne les capacités de réussir »

n2

Quelle discipline sportive pratiques-tu à l’heure d’aujourd’hui ? À quelle fréquence ?

J’ai fait une sacrée route depuis 2012 ! Actuellement je fais ce qu’on appelle du « Powerbuilding » : mélange de Powerlifting et de BodyBuilding. Je pratique entre 4 et 6 fois par semaine, à raison d’une à deux heures en fonction du jour de la semaine, du temps que j’ai de disponible.

Je me suis lancée dans la force athlétique (Powerlifting) en 2013, et j’ai pu directement me qualifier pour les championnats de France en 2014 (en Équipé : Squat 142,5kg / Développé couché 72,5kg / Soulevé de terre 142,5kg).

[ Raw = Pas de maillot de force, ni de combinaison de squat ou de soulevé de terre.
  Équipé = Maillot de force et combinaison autorisés. ]

n8

Je me suis également qualifiée en 2015 mais c’était la fin de mes études de médecine et je n’y suis pas allée. Entre fin 2014 et fin 2015, j’ai complètement arrêté le sport, jusqu’à peser 67 kg en septembre 2015.

J’ai quitté la France pour l’Allemagne en octobre 2015, pour commencer à travailler. J’ai pu trouver mon équilibre dans ce sport depuis. Quelques mois après mon arrivée, j’ai voulu faire une compétition de Bodybuilding, je me suis trouvé un coach et la préparation a commencé. Les entraînements m’interdisaient les exercices de power, j’étais frustrée et je ne m’épanouissais plus du tout. Pourtant les sensations pendant les entraînement étaient superbes. Cerise sur le gâteau, il m’a été « proposé » de prendre des produits. Je leur ai claqué la porte au nez et j’ai écourté mon expérience dans le Body.

Depuis j’ai trouvé seule ce que j’aime : la force, la performance sportive objective, les exercices « lourds », donc ceux de Powerlifting, mais aussi me sculpter, et les sensations procurées par un exercice « Body », qui isole plus ou moins un groupe de muscles. Le tout bien entendu, en association avec une alimentation saine et responsable.

Tout ça reste très personnel, à chacun son équilibre.

fullsizerender-6

Suis-tu un programme d’entraînement particulier ?

Mes séances se ressemblent, le PowerBuilding, selon ma définition, respecte un schéma à la fois répétitif et flexible. Je commence par un exercice de power, donc soit Squat, soit Développé Couché, soit Soulevé de terre, et le reste ce sont des exercices aux poids libres ou à la poulie voir à la machine, avec un nombre de répétitions plus importants –vive le pump-.

nathalie7img_7685

Je change souvent l’ordre des muscles que je travaille, il n’y a pas de règle imposée, je m’adapte en fonction des objectifs de la période et de mon physique. En ce moment c’est 5 entrainements par semaine : épaules-triceps, jambes-abdos, pectoraux, épaules-abdos, dos-biceps. Je cherche surtout à me faire plaisir à la salle, il ne s’agit plus d’un moyen pour obtenir quelque chose (pour la majorité un joli corps), mais d’une source de bien-être en tant que telle, dont je ne pourrai jamais me passer.

En quoi consiste ton alimentation au quotidien ? Sur quels principes la fondes-tu ?

Je me base sur des principes simples. J’ai une alimentation variée, diversifiée, et je cuisine surtout tout toute seule. J’ai éliminé de mon alimentation sucres raffinés et produits industriels. Je limite au maximum les produits laitiers, les mauvaises graisses. La nature a de bien belles choses à offrir, profitons-en ! Je mange énormément de légumes et fruits frais du marché (j’y vais toutes les semaines). Je fais le reste de mes courses en magasin bio pour toutes les graines/farines annexes et en supermarché normal où j’achète donc très peu. Ma mère est indonésienne et mon père franco-allemand, alors j’aime cuisiner de tout, mais j’avoue avoir un faible pour la nourriture asiatique bien épicée!

nathalie8

Étant une grande gourmande, si j’ai une envie de pâtisserie, ce qui m’arrive, je la fais toute seule et avec des aliments adaptés ! Je me fais plaisir tout en mangeant sainement.

Autre chose : j’essaie de limiter le sel. Attention, les produits industriels en contiennent encore une fois une sacrée dose, donc voici une raison supplémentaire pour les supprimer de votre alimentation.

Selon les périodes, quand il s’agit par exemple de sécher, ce que je fais de temps en temps, je compte toutes les calories, ça aide pour être sûre d’avoir des résultats.

n13

Mon alimentation type serait le matin un bowl cake protéiné ou un shaker protéines/œuf/avoine, le midi des légumes à volonté, une source de protéines (toutes sortes de viande) et des glucides à assimilation lente (en ce moment je me fais plaisir avec un mélange de plusieurs riz complets et des lentilles noires et corail), un fruit et un carré de chocolat noir avec mon café, j’avoue, des fois c’est deux en fait. L’après midi un peu de glucides avant l’entrainement, pendant des BCAA. Le soir de la salade, mais une vraie salade, bien garnie hein, avec des amandes effilées, de l’huile d’olive, des graines de lin, etc… Et du poisson.

nathalie11

« Une bonne diète se définit selon moi en un mot : SIMPLE. Les principes de bases étant d’éliminer tous les sucres raffinés, tous les produits transformés (industriels), de restreindre lactose et gluten. Avec ça tu as déjà une bonne base. Après les quantités et la répartition des macronutriments dépend de ton âge/poids/objectif »

Comment parviens-tu à concilier vie privée, travail et trainings ? C’est souvent une très grande difficulté pour nous tous !

Je pense que c’est une question très personnelle… Pour beaucoup ce que je fais n’est pas normal, puisque je passe peu de temps « en société ». Mais c’est mon équilibre, et je me sens mieux après une heure à la salle qu’après une cuite entre collègues. Je travaille minimum 10h par jour (8h-18h), ensuite je vais à la salle de 19h30 à 20h30-21h00. Après je cuisine je mange et je dors… Et le lendemain c’est la même chose. Les jours sans training je prépare mes repas de midi des jours suivants, je range, je nettoie… Comme tout le monde en fait! Je viens d’une famille nombreuse, j’ai 4 frères dont deux à Strasbourg que je visite aussi souvent que possible, et deux autres chez mes parents que je vois quelques fois par an. La distance n’est pas toujours facile mais l’amour n’a pas de frontières comme on dit! Je n’ai pas de compagnon, mais peut-être qu’un jour je trouverai quelqu’un qui a ce même mode de vie, et surtout avec qui je partagerai ma passion, et bien plus. Pour l’instant je dois surtout concilier mon travail avec mon sport, et ça marche !

nathalie10img_1797

Quels sont tes conseils pour rester motivé et positif dans tout ce qu’on fait ?

Il faut faire les choses avec le cœur, avec amour et détermination, et pour soi. Toute autre sorte de motivation ne tiendra jamais sur le long terme. Et c’est là une des choses auxquelles je tiens le plus : tenir sur le long terme. Il ne faut pas prendre de décisions sur des « on-dit », il faut se renseigner, se poser des questions, les bonnes, et chercher les bonnes réponses au bon endroit. Il faut aussi travailler sur soi, son propre développement, apprendre à s’accepter, au lieu de toujours vivre dans la frustration de ne pas être comme un/une autre.

C’est cette harmonie entre faire les choses à la fois avec amour et de façon réfléchie qui pour moi, mène au bon endroit.

n7n14

« Comment SE MOTIVER? C’est une question qui revient souvent, qui m’a déjà été posé, qu’on vous a sûrement déjà posé, et qu’on vous reposera également. Quand on se lance dans se sport, c’est souvent pour changer physiquement. Mais le changement ne s’arrête souvent pas là, et heureusement! Il y a encore tout à découvrir au début, les séances, leur planification, la nutrition… Pour ceux qui se demandent comment « tenir », la réponse est simple : on tient quand on ne pose justement plus la question du « comment je vais arriver à me motiver pour y aller ». On y va parce qu’on en a envie, parcequ’on aime ça, parceque c’est une habitude. Et c’est là dessus que je voudrais en venir, les progrès viendront quand vous aurez fait du sport et de la nutrition, vos habitudes. Et cela prend du temps. Alors faites les choses intelligemment, posez-vous des questions, pourquoi prendre tel complément et pas tel autre, pourquoi prendre des compléments en général, pourquoi pas de lactose? Quand vous aurez ces réponses et que vous comprendrez ce que vous faites, vous avancerez, et vous tiendrez sur le long terme, ç’en est là tout l’intérêt : vivre longtemps, et en bonne santé. Sur ce, apprenez, réfléchissez, et entraînez-vous, parce que ça, c’est progresser! »

Quelles ont été tes plus grandes erreurs en matière d’entraînement et d’alimentation justement ?

Comme tous, vouloir aller trop vite, ne pas soigner ma technique, vouloir mettre lourd par ego, ne pas m’étirer… Heureusement que je ne me suis pour l’instant jamais blessée. Et maintenant que je suis prudente, les risques ont bien diminué.

En matière d’alimentation, j’ai eu du mal à perdre les 12 kg pris en 1ère année de médecine, mais j’ai quand même réussi à perdre 7kg. À 57kg, quand j’ai commencé la musculation en 2012, je n’étais pas « grosse », mais pas fine non plus. J’ai repris du poids en commencant la muscu, et ça ne me dérangeait pas du tout, puis encore plus en Powerlifting (catégorie -63kg), où mon but était vraiment juste d’être forte et mon physique n’était pas la priorité. Ma plus grosse erreur en 2015 a été d’utiliser la nourriture pour noyer mon chagrin et mon mal-être (est-ce vraiment une erreur ?). D’où la nécessité de travailler sur soi et son épanouissement personnel pour pouvoir progresser.

n18

Une vraie erreur que je vois maintenant avec du recul ce sont des « cheat-meals » pendant une période de sèche. Manger autant de sucres rapides et de mauvaises graisses en une fois… C’est une mauvaise idée. On se sent mal après, et on a presque encore plus envie de manger sucré ! Je fais toujours des cheat meal, mais je cuisine, fini les gâteaux remplis de sucre qui ne font sont que source d’addiction !

Je pense qu’une autre erreur classique (dont j’ai probablement été victime) est de penser que les suppléments alimentaires sont des produits miracles : CLA, cartinitine, tribulus, créa-jesaispasquoi,« fat burners », « mass gainers », « whey ceci cela », et je vous en passe ! Le tout avec un emballage comme si la boite de prot’ allait passer sa soirée en boîte… NON. Pas besoin de ça pour progresser, et surtout pas NÉCESSAIRE de prendre tout ça pour progresser. Il faut se méfier des compléments, du marketing. Je ne dis pas que tous les compléments servent à rien, mais plutôt qu’il faut savoir les choisir. Personellement j’en prends peu, et je pars du principe qu’une bonne alimentation devrait presque nous épargner d’avoir à prendre compléments. Le vrai piège ici est de croire qu’un supplément remplacerai un entrainement et une alimentation adaptée (combien pensent qu’avaler un shaker des prot’ leur fera prendre du muscle ?). Lisez les étiquettes, renseignez vous sur l’origine des produits. Personnellement je vous conseillerai Nutrimuscle, ils ont pas mal de produits bio, et surtout des produits avec une traçabilité claire. La santé est notre responsabilité.

n10n16

« OUVREZ LES YEUX! Je voudrais que chacun ouvre les yeux, se rende compte qu’il y a tellement plus important qu’un « six pack », 50cm de tours de bras, des fesses rebondies. Confrontée chaque jour à la mort au travail, une chose ne cessera jamais de me marquer : les hommes s’empoisonnent, se tuent, par deux choses en particulier : la nourriture, et le tabac… Pourquoi oublions-nous si vite à quel point la vie est précieuse? Occupés par des futilités, on oublie, ou on refoule. Croyez-moi, ma vie comme la vôtre peut se finir du jour en lendemain, prenez soin de votre santé, contrôlez-la, et votre vie par la même occasion, vous en avez le pouvoir. Alors faites les bons choix… VIVEZ! »

Quelle citation ou proverbe te définit le mieux ?

Mind is everything !

n20

« Maintenant que je sais, JAMAIS je n’abandonnerai. Si on m’avait dit en 2012, lorsque je commençais la musculation, que j’en serai là où j’en suis maintenant, je n’y aurai pas cru. Je savais que c’était possible de voir son corps se transformer, mais il est passé en 4 ans par différents « extrêmes » (le mot employé ici reste un peu fort)… en fonction des aléas de la vie. Mais je suis maintenant et depuis environ un an sur le bon chemin, et les vrais changements ne commencent qu’à intervenir. Le vrai changement a commencé dans ma tête : j’ai appris à m’accepter, à choisir, et à me battre pour mes choix et ce que je jugeais être juste. J’ai rayé de ma vie ceux qui m’influencaient négativement. Ce fut la meilleure chose que j’ai jamais faite.

J’ai trop longtemps laisser les autres dicter ce que je devais être, comment je devais être. Et j’étais rongée par la peur de décevoir. S’en est fini, et je peux enfin vivre.

Tout ça pour te dire que même s’il m’en aura fallu du temps, je sais maintenant qui je suis, ce que je veux, et c’est dans ce sport que je m’épanouis. Trouve toi et respecte toi, ne laisse personne dicter ta conduite! »

n5img_0854

Pourquoi être sur Instagram ? Et quels sont les réseaux sur lesquels on peut te suivre sinon ?

Bonne question ! Je n’ai pas de Facebook, et Intagram est le seul « social media » où l’on puisse me trouver (@_nathaliejolix) ! J’aimais l’idée de partager une photo et un texte qui va avec, rien d’autre. C’est simple et efficace, on peut trouver des personnes du monde entier qui ont la même passion que nous, on peut motiver, comme être motivé par des gens qui ont un état d’esprit déterminé, solide. J’aime la simplicité et la flexibilité qu’offre Instagram. J’aime vous voir et discuter avec vous !

n24

Quels sont tes projets pour l’avenir ? Que pouvons-nous te souhaiter ?

Mes projets sont surtout professionnels : avancer dans ma thèse, la finir, et aussi finir ma spécialité. Du point de vu personnel, le jour où un homme sera assez fou pour partager ma vision de la vie… On verra ce qu’il en est ! Mais une chose est sûre, avec de la volonté, on peut toujours, alors je trouverai les solutions pour allier vie de famille et passion. Parce vivre sa passion en famille, c’est possible ! En attendant, j’ai mon équilibre seule, et peux répartir mon temps comme je le souhaite !

Vous pouvez me souhaiter… De vous voir épanouis, en bonne santé, heureux, au sport, rien ne fait plus plaisir que de voir ça.

n17

« Faut-il ÊTRE SÈCHE POUR ÊTRE SEXY? Personnellement je pense qu’un peu de courbes ne fait pas de mal, bien au contraire. Dans le monde de la musculation, un BODYFAT bien bas, c’est la règle! Il faut être sec, montrer ses muscles. C’est plutôt beau, en effet, mais n’oublions pas que le corps humain n’est pas fait pour maintenir un pourcentage de gras si bas sur une longue période, surtout pour les femmes. La plupart des filles se mettent la pression pour être bien sèches et fines, souvent dans le but de plaire, rien d’autre. Et je ne suis pas sûre que ce soit justement ce qui plaise le plus. Me voici, un peu enrobée, avec plus de courbes, mais bien dans ma peau, et surtout, en bonne santé, ce qui reste plus important à mes yeux que de plaire à telle ou telle personne. »

n25n28


Publicités

2 Replies to “Nathalie : Athlète, Médecin et véritable modèle d’accomplissement personnel”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s